Benserade au XX° siècle

Retour

Dans le numéro du 30 août 1927 du journal l'Express du Midi, journal de Toulouse, dans un article sur la poésie française,
Louis Maisonneuve revenait sur les Métamorphoses d'Ovide en rondeaux de Benserade

 

Dans le numéro du 31 décembre 1927 du journal l'Avranchin, journal d'Avranches,
on rappelait qu'Isaac de Benserade était originaire de la région de Rouen, tout comme Pierre Corneille.

et en juillet  1930, on a fêté le souvenir d'Isaac de Benserade en France comme on va pouvoir le voir ci-dessous :
Il n'y avait pas que Gentilly pour se souvenir de Benserade en 1930 : le poète était fêté aussi dans sa ville natale
journal Paris-Soir du 4 juillet 1930

  

dans le numéro du 26 juillet 1930 du journal Le Temps,
on pouvait lire que la plaque commémorative venait d'être installée sur la maison natale du poète.

et trois jours plus tard, dans le numéro du 29 juillet 1930 du même journal Le Temps,
on pouvait lire la même information, mais avec la liste des discours qui avaient été prononcés.

Journal des Débats Politiques et Littéraires du 27 juillet 1930

Et dans le numéro du 3 juillet 1930 du journal Le Journal, on annonçait que l'on allait se souvenir de Benserade en Normandie le 27 juillet 1930

Et dans le numéro du 27 juillet 1930 du Figaro, on rappelait aussi cet événement :

et 3 jours après, dans le numéro du 30 juin 1930 du même journal Le Figaro,
dans la rubrique le Courrier des Lettres, le journaliste revenait sur le poète
en faisant une erreur sur le nom de la pièce de théâtre "La Pucelle d'Orléans" qui n'est pas de lui.

et dans son numéro du 15 septembre 1934, le journal Le Temps revenait sur le lieu de la naissance de Benserade
et sur le flou de certaines informations


On a parlé de Benserade en  1931 sur Gentilly

On ne peut que constater que Benserade est peu connu aujourd'hui en France, mais on doit souligner qu'en 1931, à Gentilly, on a parlé de Benserade : sur cette ville, dès le début du XX° siècle, un patronage paroissial très dynamique s'est développé et en 1931 a fêté les 25 ans de sa création : plusieurs moments forts ont alors été vécus à la fois par les anciens de ce patronage et par les jeunes du patronage et des scouts et louvetaux du groupe de Gentilly, et parmi ces moments forts, on peut mentionner une pièce de théâtre dont le scénario a été écrit par l'une des personnes qui intervenait dans ce patronage. Le scénario revenait sur l'histoire de cette ville en mettant sur scène des personnes connues à Gentilly, eh bien, Benserade était présent sur scène ce jour-là !

le spectacle avait pour titre  « Sur son 31, mon Gentilly sourit », il faut dire qu’on était en 1931.

Ce patronage s’appelait l’Avenir de Gentilly.

Et là, le jeune qui tenait le rôle de Benserade a déclamé un sonnet tout à fait dans le style du poète que l'on trouvera ci-après :

 

Aujourd’hui, chantons d’une voix émue
Les vieux souvenirs des grands jours d’antan
       Des bords de la Bièvre.
Nous suivons tes eaux d’un regard de fièvre
Tes eaux ont coulé comme aussi nos ans.
Trop souvent pour toi l’Histoire s’est tue 
Laissant des fils d’or qu’on tisse en rêvant.

Voici mes amis, vos brillantes armes
Il faut les graver au fond des cœurs
       Elles sont parlantes

Elles redisent à tous ces armes charmantes.
Qu’en étant gentil, les autres le sont,

Prenez mes enfants, soyez sans alarmes,
C’est à l’Avenir que nous les confions.

 

On dit même que ce texte avait été chanté en 1931 sur l'air du Temps des cerises (Chanson qui date de 1866, musique d'Antoine Renard).


On pourra trouver le scénario du spectacle dans son intégralité en cliquant sur http://avenirgentilly.free.fr/pages-patros/pages-gentilly/gentilly-1931-01.html

Et pour finir, 4 vers écrits par Benserade lors de sa retraite de Gentilly :

 

Possesseur d’un terrain de petite étendue,
Je partage un ruisseau qui laisse aller ma vue
En des lieux où pour moi l’on a quelques égards ;
Et si tout n’est à moy, tout est à mes regards.

 

Quelques archives disponibles aujourd'hui :

Parfois, on fait des découvertes : des archives conservées à Caen qui datent de novembre 2017 :

https://alencon.maville.com/actu/actudet_-caen.-ballet-royal-de-la-nuit-une-pepite-dormait-a-caen_52656-3320029_actu.Htm

livret du ballet royal de la nuit

Ces documents sont disponibles sur le site des archives du Calvados : https://archives.calvados.fr/ark:/52329/djlwmvrq290x/f7708132-6eac-44a6-b52f-01b979923002

Retour

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On peut également mentionner sur le Kremlin-Bicêtre l'arrêt du bus 186 dont le nom est Benserade-CHU de Bicêtre,


arrêt qui se trouve avenue Gabriel Péri au Kremlin-Bicêtre.