Benserade dans la littérature

Retour

On verra ci-dessous un certain nombre de livres dans lesquels Benserade est présent :

Alexandre Dumas

Alexandre Dumas dans le Vicomte de Bragelone montre Madame de la Vallière, Madame de Montespan, Madame de Maintenon, Molière,
Corneille, Racine  Madame de Sévigné et Monsieur de Benserade. Dans les 3 Mousquetaires,  Monsieur de Tréville dit qu’il avait vu Benserade quelques jours plus tôt.

Le nom de Benserade était mentionné dans le feuilleton du journal Ouest-Eclair du 14 janvier 1922.

et Benserade sera encore présent dans son roman "Vingt ans après".

Madame de Sévigné

Dans sa lettre (numéro 939), Madame de Sévigné insiste sur les vers de Benserade mis en musique par Lully

 

Boileau

Benserade a beaucoup fréquenté l'hôtel de Rambouillet, là où la marquise de Rambouillet recevait de nombreux poètes
 et autres personnes qui, dans la conversation, aimaient rechercher un beau langage, langage qu'on a qualifié de "précieux".
Ces réunions se déroulaient en fait dans sa chambre, elle-même assise sur son lit,
 l'espace qui séparait le lit du mur étant appelé "ruelle".
C'est pour cela que Boileau, dans son Art Poétique mentionne Benserade dans les deux vers suivants :

Que de son nom chanté par la bouche des belles,
Benserade en tous lieux amuse les ruelles.

Boileau mentionne encore Benserade dans le texte suivant :

Racine

Rapports avec Racine :
https://books.google.fr/books?id=2-UUAAAAQAAJ&pg=PA628&lpg=PA628&dq=benserade+racine&source=bl&ots=m6654pEbql&sig=ACfU3U05_Jt5VQCWA3EQ-esADJUHTtCHRg&hl=fr&sa=X&ved=2ahUKEwi43-3Q8YzjAhWoA2MBHYEyB6w4HhDoATAHegQICRAB#v=onepage&q=benserade%20racine&f=false

 


Victor Hugo

Victor Hugo, dans Notre-Dame de Paris, cite une fois Benserade
en rappelant sa mise en rondeaux des Métamorphoses d'Ovide

dans le livre Deuxième, dans l'épisode de la cruche cassée, en page 122 de l'édition du groupe "Ebooks libres et gratuits".

La Bruyère

    Etienne Allaire dans son livre La Bruyère dans la Maison de Condé, 1886.
expliquait pourquoi La Bruyère appelait Benserade "Theobald"

Benserade a été dépeint par la Bruyère dans ses Caractères
comme on peut le lire sur le livre de M.le Baron Wolckenaer

l'abbé Trublet

On apprend dans ce livre de l'abbé Trublet que Benserade était appelé "le journaliste"  et que l'auteur ne semblait pas apprécier le poète!

          

Dans le document précédent, on peut lire que le numéro de mai 1691 du journal Histoire des Ouvrages des Savants
r
appelait que le jour de la réception de Monsieur de Fontenelle à l'académie française, le 5 mai 1691 Benserade avait lu un texte original.
On peut en déduire que, de sa retraite de Gentilly, Benserade venait aux séances de l'académie française,
et y prononçait encore des discours !

   

Voltaire

Dans le livre de Voltaire, Le Siècle de Louis XIV, l'auteur rappelle une caractéristique des livrets que Benserade écrivait pour les ballets :
il confondait la personne et le rôle chaque fois qu'il s'agissait du roi.



et un peu plus loin, Voltaire rappelait que c'était Louis XIV qui avait pris en charge les gravures
 qui accompagnaient l'édition de luxe des Métamorphoses d'Ovide en Rondeaux

Suite

Retour

 

l