Benserade et Louis XIV

Retour

En lisant les informations suivantes, on pourra conclure de suite que Louis XIV et Benserade ont dû bien s'entendre.
Ils se sont côtoyés pendant une trentaine d'années et notre poète a toujours tout fait pour satisfaire son roi.

On peut voir ci-dessous le rôle qu'a pu avoir Benserade à côté de Louis XIV qui avait une façon très particulière d'exercer le pouvoir.
(extrait d'un document de Benoît Dratwicki (de 2009) concernant la musique du XVII° siècle)

Dans la préface qu'il a écrite pour la publication des poésies de Benserade, Octave Uzanne indique clairement que Benserade était devenui presque le confident du roi !

 Poème écrit par Benserade, poème qui se trouve dans le premier tome de ses oeuvres, à la gloire de Louis XIV  

Dans l'épitre au roi qui se trouve en tête de l'édition de 1636 de la tragédie La Mort d'Achille et la Dispute de ses armes,
ce qu'a écrit Benserade n'a pu que satisfaire Louis XIV.
On peut le constater ci-dessous.
Mais on peut remarquer que l'édition originale de 1636 trouvée sur le site de la BNF se lit difficilement.
On trouvera ensuite la même épitre dans son édition de 2015 réalisée par Gwénola, Ernest et Paul Fièvre sur le site theatre-classique.fr
la lecture en sera facilitée.

 La lecture de l'Epitre au roi est plus facile dans l'édition de la tragédie publié par Gwénola, Ernest et Paul Fièvre en Octobre 2015 sur
http://www.theatre-classique.fr/pages/pdf/BENSERADE_MORTACHILLE.pdf

 

Dans son livre Mademoiselle de la Vallière et Madame de Montespan, Arsène Houssaye qualifie Benserade de "fou du roi"

   

Dans le numéro du 1er janvier 1899 du journal Le Voleur, cabinet de lecture universel, on pouvait lire que les vers écrits par Benserade
 étaient écrits en lettres d'or sur les boucliers des chevaliers présents dans les carrousels organisés par le roi.

   

Mais peut-on faire confiance à ce journal car, dans le livre Les Autographes et le goût des autographes de M. de Lescure,
on apprend que ce journal "Le Voleur" avait publié une signature qui était celle du père de Benserade !

Beau poème extrait des Annales Poétiques depuis l'origine de la Poésie Française.
madrigal écrit par Benserade à l'occasion du voyage que Marie-Thérèse d'Autriche, épouse de Louis XIV,
allait effectuer en Espagne pour aller voir son père !

Dans les Remarques Critiques sur le Dictionnaire  de Bayle de Philippe-Louis Joly, de 1752,
si ces quelques vers sont bien de Benserade, on ne peut que constater que le poète excelle dans les louanges destinées à Louis XIV.

 

Mais parfois, ce n'était pas des louanges que Benserade adressait à Louis XIV comme le couplet que l'on pouvait lire sur les Mémoires du Comte de Brienne

et dans le 6° tome du Recueil des plus belles pièces des poètes français depuis Villon jusqu'à Benserade édité en 1752
on pouvait voir que Benserade n'hésitait pas à insister sur certaines déviances du roi
dans un livret d'un ballet au cours duquel Louis XIV était sur scène !

 

Pendant une trentaine d'années, entre 1651 et 1681, Benserade et Louis XIV se sont vus souvent lors des représentations des ballets de cour.
Pendant toute cette période, Louis XIV a eu une activité très dense comme on peut le voir ci-dessous.
On peut alors se demander ce qu'ils se disaient lorsqu'ils se retrouvaient !

Retour