Benserade poète aimé à la cour

  

Retour

Les dons de poète de Benserade étaient connus et appréciés à l'époque.

. l'Art Poétique de Boileau

 

    

Commentaire du livre : Boileau n'aurait jamais cité Benserade comme un auteur galant s'il avait publié son Art Poétique après la publication des Métamorphoses d'Ovide en Rondeaux

Livre de poésies
livre les poésies de Benserade publiées par Octave Uzanne en 1875

Sur ce portrait, qui se trouve sur l'original du livre d'Octave Uzanne,
il y a une erreur sur le lieu de décès qui est Gentilly et non Paris.

On trouvera ci-dessous l'avertissement qu'Octave Uzanne présente en tête de son livre,
avertissement qui lui permet de dire pourquoi il édite à nouveau les poésies du poète.
L'exemplaire du livre scannérisé et disponible sur archive.org présente en première page
une annotation originale.

1692
Anthologie, dite « Recueil de Barbin » parce que les notices qui en font partie auraient été rédigées par François Barbin, fils du libraire. Cependant, le choix des poèmes a été fait, semble-t-il, par Fontenelle. Ce recueil précieux est le premier à accorder une place importante aux poètes du Moyen Âge, ce qui est alors une grande nouveauté. Il regroupe près de 1045 pièces dues à une cinquantaine d’auteurs différents : Villon, Marot, Saint-Gelais, Du Bellay, Ronsard, Régnier, Malherbe, Racan, Brébeuf, Adam Billaut, Voiture, Scarron, Benserade, etc. Un tiers de ces pièces avait paru seulement dans des recueils antérieurs. (On trouvera plus d'informations sur ce Recueil de Barbin en cliquant ici).

La Bruyère disait de Benserade, représenté dans le Livre des Caractères sous le nom de Théobalde, qu'il était « la coqueluche des femmes » ;
que lorsqu'il racontait quelque chose qu'elles n'avaient pas entendu, elles ne manquaient pas de s'écrier : « Voilà qui est divin! Qu'est-ce qu'il a dit?»...

Certains auteurs pensent que Théobalde, dans les Caractères de La Bruyère, est en fait Benserade

C'est ce que précise le supplément au Dictionnaire Universel Français et Latin de 1752, les auteurs rappellent
que Benserade était la "coqueluche ou l'entêtement de certaines femmes qui ne juraient que par lui"

et sur votre parole, qui disaient : cela est délicieux, qu'a-t-il dit ? [La Bruyère, V]

et c'est ce que rappelait en 1842 P.M.Quitard dans son Dictionnaire Etymologique, Historique et Anecdotique des Proverbes

Et dans l'édition des Oeuvres complètes de La Bruyère, A. Chassang rappelle que l'abbé Trublet affirmait que Théobalde était en fait Benserade.

 

Quelques autres vers de Benserade :
son appartement semblait manquer de lumière

   

 

Retour