Liste des ballets de cour

Retour

page en construction

On trouvera ci-dessous des informations sur les différents ballets dont les livrets ont été écrits par Benserade :

Les textes des différents ballets de Benserade sont recensés dans un livre
 "Ballets, Opéra et autres par ordre chronologique depuis leur origine"
qui date de 1760 avec mention de l'éditeur Robert Ballard , libraire et imprimeur spécialisé dans la musique, et avec l'indication de la référence du document dans les oeuvres de Benserade.
(voir ci-dessous"

On peut rappeler que les livrets de plusieurs de ces ballets sont disponibles sous forme numérique (pour en savoir plus cliquer ici)

1651 Le Ballet de Cassandre

 Louis XIV qui a 13 ans. Louis XIV y tint le rôle d’un Chevalier de la suite de Cassandre, puis d’un Poitevin dansant le tricotet (danse populaire).
Le ballet était dédié aux Dames, notamment Mlle de Montpensier, la princesse d’Angleterre et la duchesse d’Orléans, et fut repris cinq fois.

et dans le numéro de mai 1736 du journal le Mercure de France,
on rappelait que le ballet de Cassandre était le premier ballet auquel Louis XIV avait participé (il avait 13 ans).

1651 Ballet des Fêtes de Bacchus

Ballet dansé au Palais Royal, les 2 et 4, 9 et 12 mai 1651. (ce ballet a peut-être été écrit par une personne autre que Benserade)

1653 Le Ballet Royal de la Nuit

Le 23 février 1653, la reine mère Anne d’Autriche et le cardinal Mazarin assistèrent au triomphe de Louis XIV dans le Ballet royal de la Nuit, présenté au Petit-Bourbon. Louis XIV voulait célébrer sa victoire sur la Fronde.Le ballet fut ordonné par le sieur Clément, intendant du duc de Nemours, sur un livret de Benserade, avec des musiques de Cambefort, Boesset et Lambert.

Le jeune roi interpréta six rôles, entouré des plus hautes personnalités de la cour, comme Monsieur, le duc d’York et le duc de Buckingham, et de danseurs professionnels. On assiste aussi à la première apparition de Lully, qui deviendra le musicien du Roi et qui écrira la musique des ballets suivants. Le ballet connut un franc succès et fut repris les 25 et 27 février, puis les 2, 4, 6 et 16 mars, devant un public où figuraient de nombreux diplomates étrangers

Le roi Louis XIV, alors âgé de 14 ans, y jouait le dieu Apollon3. Dans ce ballet il apparaît sur scène par une trappe, il est habillé tout en or et représente le soleil. Il danse avec d'autres seigneurs qui représentent les planètes qui tournent autour de lui. Il démontre sa puissance dans ce ballet.

Le livret du Ballet Royal de la Nuit
 
La partition du Ballet Royal de la Nuit
 

   

On peut voir ci-dessous une réédition du livret du ballet qui a eu lieu en 2017 et qui était disponible à La Flûte de Pan.

1654 Ballet des Proverbes

Dans ce ballet, chaque entrée illustre un proverbe. Il fut exécuté le 17 et le 23 février 1654 à la fin du carnaval, et monté très rapidement avec quelques décors de Torelli, en l'attente de la mise au point des Noces de Thétis et Pelée. Les vers sont d'Isaac de Benserade. Baptiste (c'est-à-dire Lully) intervient parmi les danseurs, aux côtés de Michel Lambert, Louis de Mollier, Vertpré et des trente-quatre autres participants

Dansé par le Roy, le 17. Feurier 1654.

1654 le Ballet du Temps

texte d’Isaac de Bensérade, dansé dans la salle des gardes du Louvre, le 30 novembre et le 3 décembre 1654.

Ballet qui eut peu de reptésentations car il ne plut pas au roi

Début du livret de Benserade dans lequel on parle des exploits du plus grand des rois !
Et dans ce livret, on trouve les mots moment, minute, heure, jour, nuit,
semaine, mois, année, siècle, temps passé, temps présent, temps futur,
printemps, été, automne, hiver

1654 Ballet Royal de Pelée et Thétis (dansé le 14 avril 1654)

Il s'agit d'une adaptation d'une comédie italienne qui avait été jouée à Venise en 1639, adaptation qui comporte plusieurs séquences dansées par le Roi
Ci-dessous deux couvertures du livret, datées de 1654 :

   

Couverture de la version italienne de 1639 en langue italienne

1655 Ballet des Plaisirs

Le Roi y incarna quatre rôles : la Paix, un Égyptien, un Débauché, le Génie de la Danse ; Lully incarna un Satyre, un Débauché, un Égyptien et un Baigneur.

1655 Ballet des Bienvenus

livret d’Isaac de Bensérade (1612-1691). Il fut dansé à Compiègne le 30 mai 1655, et le 9 juin, par ordre exprès du roi, à l’occasion des noces (le 27 mai) de Laure Martinozzi, nièce de Mazarin, avec Alphonse d’Este, fils du duc de Modène, représenté par le prince Eugène.

1656 Ballet de Psyché et la puissance de l'amour

Le Roi incarna trois rôles : le Printemps, un Follet, Pluton

1657 Ballet Royal de l'amour malade

un texte de Francesco Buti (L’amor malato), augmenté de saynettes comiques par Isaac de Bensérade, dansé par le roi dans la grande salle du Louvre, le 17  janvier 1657, repris les 21, 24 et 27 du même mois, ainsi que les 7 et 10 février.

1658 Le Ballet Royal d'Alcidiane

Le ballet, dont la direction était assurée par Louis Hesselin, fut dansé par le roi et par Marie Mancini, nièce de Mazarin dont il était épris – tous deux étaient âgés de vingt-ans – dans la galerie du Louvre, le 14 février 1658. Il fut redonné le 17 février devant les Ambassadeurs, et le 24 février pour Christine de Suède, spécialement venue à Paris pour le voir.

Dans le livre du Baron de Bildt Christine de Suède et le cardinal Azzolino on peut lire que la reine Christine de Suède était présente le 24 février 1658 au Louvre pour assister au ballet d'Alcidiane mais que la réception de la reine avait été assez froide car il faut dire que quelques jours plus tôt la reine avait fait assassiner un de ses gardes du corps lors de son séjour à Essonne ! Il faut dire que Mazarin avait dû la ménager pour raisons diplomatiques.

1659 Ballet de la Raillerie

 Il fut dansé par le roi, les 19, 20, 22 et 23 février 1659.

1660 Ballet de la Revente des Habits

dansé au Louvre, le 15 décembre 1660.

1661 Ballet Royal de l'Impatience

Couverture du livret du ballet
On pourra voir dessous que Benserade devait connaitre la langue italienne
car le prologue ainsi que l'épilogue sont dans les deux langues
et les acteurs correspondants avaient des prénoms italiens
alors que les noms des autres acteurs sont présents sur le livret comme Le Roi, le comte de Saint-Aignan, le comte d'Armagnac,
le comte de Guiche,le marquis de Villeroy ou le duc de Beaufort, ...

   

  

1661 Ballet des Saisons

Ballet dansé el 23 juillet 1661 à Fontainebleau

Musique de Lully et paroles de Benserade
(partition trouvée sur Gallica)

 

1662 Ballet Royal d'Hercule Amoureux

7 février 1662

1663 Le Ballet des Arts

Le ballet fut dansé par le roi le 8 janvier 1663, au Palais Royal, « en présence des reines »,  repris les 18, 22 et 25 janvier.

En janvier 1663, pour les fêtes du carnaval, Benserade écrivit le ballet des Arts qui se joua au Palais-Royal.

Etaient sur les planches Henriette d'Angleterre, femme de Monsieur, frère du roi, Françoise-Athénaïs de Mortemart, future Mme de Montespan, Melle de La Vallière, future maîtresse du roi, et Melle de Saint-Simon, future duchesse de Brissac. Françoise de Sévigné, la fille de Madame de Sévigné, 16 ans qui dansait pour la première fois, était une bergère, comme les autres, et le roi un berger.

La fille de Madame de Sévigné était une bergère dans le ballet

1663 Les Noces du Village

 : en 1663 par exemple, le ballet « Les Noces de Village » est présenté à Vincennes, dans le château, le roi étant sur scène dans le rôle d’un bohémien !

texte qui a dû être lu (ou chanté) par Louis XIV

Il faut dire qu'à cette époque, le roi Louis XIV s'était installé dans cette ville comme on peut le lire
 dans le  livre "Vincennes, Mille ans d'Histoire de France" de
Thierry Sarmant, Tallandier éditeur.

 

1664 Ballet des amours déguisés

Il fut dansé par le roi, le 13 février 1664, au Palais Royal, puis repris les 16, 18 février, 23, 25 mars 1664

Selon les Mémoires touchant la vie et les écrits de Marie-Rabutin, marquise de Sévigné, sa fille Françoise-Marguerite, future comtesse de Grignan, alors âgée de dix-sept ans, était au nombre des Amours déguisés en Nymphes maritimes, avec mademoiselle d’Elbœuf, madame de Montespan et madame de Vibraye : Benserade termine les vers qu’il fit pour elle, à cette occasion, par un compliment à sa mère :

Pour mademoiselle de Sévigny, Amour déguisé en Nymphe maritime.
Vous travestir ainsi, c’est bien être ingénu ,
Amour ! c’est comme si, pour n’être pas connu ,
Avec une innocence extrême,
Vous vous déguisiez en vous-même.
Elle a vos traits, vos feux, et votre air engageant,
Et, de même que vous, sourit en égorgeant.
Enfin, qui fit l’une a fait l’autre,
Et, jusques à sa mère, elle est comme la vôtre.

On peut remarquer que ce texte est repris
dans le livre Annales Poétiques depuis l'origine de la Poésie Française de 1782 :

Après avoir, selon son usage, commencé par l’éloge du roi, de Monsieur, des reines, des princesses,
Loret en vient aux filles d’honneur, et termine tous ces éloges par celui de mademoiselle de Sévigné.

J’ai pensé faire une folie
En oubliant cette jolie,
Cette pucelle Sévigny,
Objet de mérite infini.
Certes, moi qui l’ai deux fois vue
De divers agréments pourvue,
Et d’une très-rare beauté ,
Aux ballets de Sa Majesté,
Si quelqu’un s’en venait me dire,
Et fût-ce le roi notre sire :
As-tu rien vu de plus mignon?
Je lui dirais hardiment : Non.

 

1665 Ballet Royal de la Naissance de Vénus

 

1666 Ballet des Muses

Ballet  sur un texte d’Isaac de Bensérade, dansé par le roi le 2 décembre 1666, dans le cadre des fêtes organisées au château de St Germain-en-Laye, du 1er décembre 1666 au 20 février 1667.
Le roi y tint sept rôles, dont ceux de berger (accompagné de Madame, Mlle de La Vallière et de Mme de Montespan , poète, nymphe, gitan, Cyrus (héros du roman de Mme de Scudéry)..

  

Sur le site http://www.toutmoliere.net/le-ballet-des-muses.html on peut voir que Benserade et Molière sont intervenus pour la rédaction du livret du ballet

Ce Ballet des Muses présente une particularité : c'est le seul ballet au cour duquel on a pu voir sur scène, à côté de Louis XIV,
la chienne de sa belle-soeur, c'est-à-dire de "Madame", c'est-à-dire de Henriette d'Angleterre.
On peut supposer que Benserade savait que Madame allait venir avec sa chienne puisqu'il mentionne son nom dans le livret : Mimy !

et sur l'édition originale du livret de 1666, il est bien précisé que Mimy est le chien de Madame !
(les loups étant tous les galants qui s'efforçaient de séduire Henriette d'Angleterre)

Ci-dessous, la chienne "Mimy" qui était sur scène le 2 décembre 1666.

 
On peut rappeler que cette chienne Mimi accompagne souvent Henriette d'Angleterre sur les portraits réalisés par Pierre Mignard.
Peut-être, le fait d'avoir été sur scène avec sa chienne l'a motivé dans la mission diplomatique que Louis XIV lui confiera
quatre ans plus tard pour la signature en 1670 du traité de Douvres entre Louis XIV er le roi d'Angleterre Charles II (qui était le frère d'Henriette)    

1668 Le Carnaval, Mascarade Royale

Ballet-mascarade  sur un texte d’Isaac de Bensérade, dansé par le roi au Louvre, le 18 janvier 1668. Carlo Vigarani avait monté à cet effet un théâtre démontable dans l’antichambre de l’appartement du roi. Le spectacle fut repris à Saint-Germain en Laye du 26 au 31 janvier 1669 et fut partiellement repris dans un opéra-ballet  sur des textes de Molière, Benserade et Quinault, exécuté à la Cour, puis à Paris, au Palais Royal, le 17 octobre 1675.

la partition de ce ballet a été publiée en 1720
(on peut lire que ce ballet a été présenté par l'Académie Royale de Musique en 1675)

     et on peut supposer que Benserade connaissait des langues comme l'italien ou l'espagnol

   

Pour info, le 18 juillet 1668 un ballet, intitulé Le Grand Divertissement Royal de Versailles,  dont la musique était de Lully et les textes écrits par Molière, a été présenté le 18 juillet 1668 à Versailles.

1669 Le Ballet Royal de Flore

Dernier des grands ballets de cour français (LWV 40), représenté pour célébrer le retour de la paix après la Guerre de Dévolution, sanctionnée par le Traité d’Aix-la-Chapelle, se composant d’un Prologue et de quinze Entrées, sur un texte d’Isaac de Bensérade, dont ce fut la dernière œuvre pour la cour et la dernière collaboration avec Lully.

Il fut dansé par le roi, dont ce fut la dernière apparition dans le rôle du Soleil, le 16 février 1669, dans le grand salon des Tuileries.

L’argument est tiré du Ve Livre des Fastes d’Ovide

Molière va prendre la suite de Benserade et on parlera alors des comédies-ballets de Molière. Dans la préface du livret de ce dernier ballet de Benserade on pourra lire le rondeau que le poète a écrit pour indiquer qu'il va s'arrêter d'écrire les livret de ces ballets comme on peut le voir ci-dessous :

1681 Le Triomphe de l'Amour (dernier livret écrit par Benserade)

La première représentation eut lieu à St Germain en Laye, le 21 janvier 1681, en l’honneur de l’arrivée à la cour de France de Marie-Anne de Bavière, qui avait épousé le Grand Dauphin, en mars 1680. Il fut repris deux fois, mais en version réduite à quatre entrée set un prologue.Le ballet est évoqué par madame de Sévigné dans une lettre du 29 septembre 1680 à sa fille : Je ne sais quand on dansera ce ballet ; vraiment ce sera une belle pièce.

Le vieux Benserade (il avait 69 ans) fut rappelé pour rédiger les paroles des personnages. Mais la majorité des vers fut l'oeuvre de Quinault.

 Le spectacle réunit sur scène plusieurs enfants de Louis XIV : le Dauphin, le comte de Vermandois, la Princesse de Conti et Melle de Nantes (âgée de huit ans).

 

le livret du ballet, daté de 1681.

Sur les premières pages du livret, on peut lire les noms des acteurs qui sont sur scène.

   

      

Quelques informations complémentaires sur le ballet :

Retour

 

l